Origine

En 1962 tout a basculé pour nous, notre monde éclatait : nous perdions notre terre, notre confiance, nos amis, nos parents, notre maison, notre situation, nos illusions et nous avons dû tout abandonner, le fruit du travail de plusieurs générations nous «expatrier», nous adapter, survivre, essayer de regrouper ce que nous avions pu sauver malgré notre peine, notre rancœur, notre nostalgie.

Avec le temps nous avons refait notre vie ici tant bien que mal, nous avons souhaité retrouver parents ou amis pour évoquer les souvenirs des jours heureux ou tout simplement ceux de notre enfance; se sont alors créées les associations de plus ou moins grande importance.

A l’origine à la suite d’un voyage en Algérie en 1984, une poignée de Médéens s’était attachée à recenser puis à contacter tous les rapatriés natifs de Médéa. Quelques réunions permirent d’évoquer le bon temps de notre jeunesse, enthousiasme et convivialité firent le reste.

L’idée fut alors lancée de perpétuer le plaisir de ces retrouvailles et « l’Association des Enfants de Médéa » est née en 1995. Puis les habitants rapatriés des villages alentours manifestèrent l’envie de nous rejoindre puisque les liens qui nous unissaient se résumaient en deux mots : Préfecture et collège, c’est-à-dire rapprochement administratif de proximité et études des jeunes.

L’association fut rebaptisée « Association des enfants de Médéa et du Titteri » elle est apolitique et laïque, son but consiste à procurer à ses membres le plaisir de se revoir au cours d’une réunion annuelle, généralement à la Pentecôte, dans un lieu qui peut changer tous les ans.

L’édition semestrielle de  » la gazette du Titteri  » permet de garder le contact entre nous, surtout pour ceux qui ne peuvent plus se déplacer ou qui sont excentrés.

Chacun peut s’y exprimer par des photos ou des articles évoquant des souvenirs dont le cumul pourra éventuellement déboucher sur l’édition d’un ouvrage collectif.

Certains articles assez documentés ont conduit à une édition spéciale intitulée  » histoire du 1 er Spahis  » ou  » Berrouaghia « , par exemple.

Un catalogue recensant : fanion aux armoiries, cartes, numéros de gazette disponibles…permet aux adhérents de commander les objets de leur choix.

L’histoire de Médéa ainsi remémorée a également intéressé entre autre un historien algérien y résidant avec qui nous échangeons et entretenons des relations courtoises.

Nous espérons que ce site permettra aux anciens du Titteri dont nous ne connaissons pas l’adresse ou qui ignorent notre existence de nous rejoindre et à tous les curieux d’une histoire hors de France, de nous contacter.

Le Président

R. DESCOINS

Retour vers le haut