Médéa

Cliquer pour agrandir

Photographies : 1 2 3 4 5 6 7 8 10 11 12 14 15 16 17 18 19 21 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 91 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 121 122 123 124 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 157 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 197 198 200 201 202

Médéa

MEDEAH ou Médéah. À 90 km au sud d’Alger, sur les hauts plateaux qui ferment la vallée de la Mitidja. Elle est à 920 m d’altitude au pied de coteaux couverts de vergers et de vignes. Ancienne Lambdia, elle est dotée d’une citadelle par les Méridinès de Fes. Ancienne station romaine de Medix ou ad Medias , ainsi appelée parcequ’elle était à égale distance de Tirinadi (Berrouaghia) et Sufnsar (Amoura).

Sous la domination turque, elle est gouvernée par le beylika de Titteri, un Bey, adjoint du Dey d’Alger y réside. En 1830, les troupes du maréchal Damrémont sont repoussées jusqu’au Sahel algérois. L’émir Abd el-Kader y installe son représentant. En 1840, après les combats de la Mouzaïa, les Français imposent leur autorité, mais la ville reste « sainte » pour les musulmans.

Clauzel l’occupe en novembre 1830 mais il est contraint de l’abandonner en janvier 1831 faute d’effectifs suffisants.

Berthezene qui succéde à Clauzel monte à son tour une expédition qui se révèle inutile et couteuse.

En 1837, après le traité de la Tafna, Abd el-Kader en fait une de ses capitales et la ville n'est définitivement conquise qu’après la chute de l’émir .n

17 juin 1854  MEDEA était érigée en commune de plein exercice

" Médéa est une ville d'abondance. Si le mal entre le matin il en sort le soir "

Si Ahmed Ben Youssef              

Nous allons faire un retour sur le passé…loin, 18 siècle en arrière. L'origine de Médéa est controuvée. Ce que l'on peut affirmer c'est que ce fut une cité romaine du nom de Lambdia – d'ailleurs de tous temps, les arabes ont donné aux habitants de la ville le nom de Lembdani.
     Marmol et Shaw ont encore connu une fontaine romaine datant de cette époque. Cette fontaine a été détruite depuis, mais son emplacement est bien déterminé : il se trouve dans la cour de l'immeuble de M. kechida Yahia, sis à la place d'armes, où l'on peut voir encore la sortie de la canalisation romaine ( plus d'un mètre de diamètre ). D'autre part, on peut admirer au musée d'Alger une borne gravée dont les inscriptions sont un hommage rendu par les habitants de Lambdia à l'empereur romain Septime Sévère et à son fils en l'an 198 de notre ère.

Quand Médéa naissait sous le nom de Lambdia

Nous croyons pouvoir donner une explication sur la naissance de cette cité. Les Romains pendant leur domination en Afrique du Nord eurent comme premier souci la construction d'un réseau routier qu'ils réalisèrent d'abord le long du littoral puis ensuite par pénétration dans le sud. Jusqu'à l'arrivée des Romains en Afrique, les indigènes qui se déplaçaient, emportaient avec eux leur provision d'eau. C'était un problème fastidieux à résoudre. On chargeait des outres et des peaux de bêtes mortes pleines d'eau sur des montures. Les caravanes étaient ainsi singulièrement alourdies.
  Les Romains envisageaient le problème crucial de l'eau tout autrement; ils prévoyaient leur ravitaillement sur leur parcours. Une fois terminée la construction de leurs principales routes, vers l'an 111, ils s'attelèrent à la création de points d'eau, leur route de pénétration qui partait de Césarée et d'Alger passait par les actuelles Mouzaïaville et Médéa.

  Sur les monts de notre ville il y avait une puissante richesse : de nombreuses sources d'eau potable (les trembles). Les Romains en firent un point d'eau et des maisons s'élevèrent autour : Lambdia naissait.

  Les Romains construisirent un aqueduc dont il nous reste aujourd'hui une trace : les portes de Lodi.

  Il semble que cette cité ait péri dans les troubles qui suivirent la fin de la domination. D'après Marmol, elle aurait été détruite par El Mahdi au IXe siècle, alors qu'elle s'appelait El Fara.

L' INTALLATION DES TURCS

  IBN KHALDON déclare que la ville, qu'il appelle El Média, fut fondée par Bolguin ibn Ziri (au XIe siècle) et qu'elle aurait pris son nom de la tribu qui l'habitait. Il y a certainement confusion. Est-ce le nom romain de la cité qui a survécu ? Est-ce que  ce nom n'était pas lui-même celui d'une tribu voisine (dans ce cas Ibn khaldoun n'aurait fait que transportait) ?

  La ville fut dotée d'une citadelle par les Mérinides (1305-1306). Les Turcs s'emparèrent de Médéa au XVIe siècle. Marmol lui donne 2000 habitants dont 800 turcs commandés par un Gouverneur. La ville était entourée de villages berbères et " azuagues" (kabyles). Ses habitants récoltaient le blé, l'orge; les figues, les raisins et les glands.

  Léon l'Africain parle aussi d'une ville "Medna" qui, par certains cotés semble être Médéa (fontaine romaine) mais qu'il situe à mi-chemin entre Alger et Tlemcen. Il y fut très bien reçu et déclare que ses habitants, riches mais incultes, cherchaient à y retenir les lettrés.

  Les Turcs installèrent à Médéa  une nouba (garnison) et un Hakem (gouverneur) qui relevait directement d'Alger, quoique Médéa fut une des deux capitales du Beylik dit de Titteri, qui s'étendait en réalité jusqu'à la pleine du Sébaou (la deuxième capitale étant Bordj Sébaou).

  Cette situation dura jusqu'en 1770. La caïda de Sébaou fut rattaché alors à Alger, et Médéa devint seule capitale du Beylik de Titteri.

  Shaw donne de la ville la description suivante :

  Blida et Médéa sont les seules villes qu'on trouve dans les terres de cette province (région). Elles ont chacune un mille de circuit. Leurs murs n'étant que boue et percés en plusieurs endroits par des frelons , on comprend aisément qu'ils ne sont pas bien forts. Quelques-unes des maisons ont des toits plats, d'autres ressemblent à ceux de Miliana (tuiles). Elles sont bien arrosées… divers aqueducs (portes de Lodi) dont certain paraissent dater des Romains fournissent l'eau à Médéa.

1830 : Arrivée des Français

  En 1830, le Bey de Médéa Bou Mezrag conduisit ses contingents à la bataille de Staouéli. Quelques jours après la capitulation d'Hussein-Dey il se soumettait à la France et recevait notre investiture.mais un mois plus tard, il se révoltait.
  La première expédition de Médéa (20 novembre 1830) le priva de son commandement en faveur d'un maure algérois sans prestige, Mustapha ben Omar. Ce dernier, assiègé en 1831 par le fils de bou Mezrag, appela à l'aide et ce fut la deuxième expédition de Médéa, qui ramena notre protégé.

  Dans l'anarchie qui suivit, les gens de Médéa, ne voulant plus  des bou Mezrag firent appel à un envoyé du Sultan du Maroc, El Hadj Mati.

  En 1833, Hadj Ahmed, Bey de Constantine essaya, mais en vain, de s'emparer de la place.

  Les Médéens se tournèrent alors vers nous, essayant d'opposer Hadj Ahmed au nouveau compétiteur Abd-El-Kader

  Sur ces entrefaites, un troisième larron survint : Hadj Moussa le Derkaoui. Ce dernier, avec des fanatiques, recrutés dans le djebel Sahari et la région de Lagouat, parvint à occupé momentanément la ville : après un violent combat, mais dût la quitter et fut taillé en pièce par Abd-el-Kader, qui fut le maître définitif de Médéa.
  Voici quel était alors l'état de la ville :

  "Entourée d'un faible mur, elle a trois portes défendues par quelques mauvais ouvrages. La population en est en ce moment de cinq à six mille âmes au moins. Il s'y fait un commerce assez considérable. On y voit quelques maisons vastes et assez belles, entre autres, celles des anciens Beys (l'actuel hôtel de la subdivision militaire, place d'armes) qu'occupa Abd-el-Kader lors de sa venue….L'aspect de la ville est tout à fait arabe. En fait de construction d'utilité public, il n'y a guère qu'à citer un vieil aqueduc en assez mauvais état…

  Médéa fut occupée définitivement par les Français le 17 mai 1840, après le combat de Téniah.
  En 1842 fut livrée à la circulation la nouvelle route Blida-Médéa? C'est le commandant Bouteilhoux, chef du génie de Blida, qui en fit le tracé et surveilla les travaux.
  En 1844 le calme régnait dans toute la contrée. Des fonctionnaires et des commerçants vinrent s'installer dans la ville. C'est à cette date que les premiers essais de plantation rationnelle de la vigne furent entrepris.

  Médéa connu alors une ère de prospérité, les tribus étaient riches, la citadelle s'avéra trop étroite et les constructions s'érigèrent aux alentours. Les premiers Français installés à Médéa furent pour la plupart des anciens militaires gagnés par le charme du pays auxquels vinrent se joindre quelques déportés politiques après le coup d'état de 1852. On compte à ce moment là à Médéa un très grand nombre d'étrangers espagnols et italiens principalement.

Médéa, commune de plein exercice

  Le 17 juin 1854, Médéa est érigé en commune de plein exercice. Les fonction de maire sont assurées alors par le contrôleur civil, M. Jérôme Augouard et c'est le 28 avril 1857 que fut nommé seulement par arrêté du gouvernement général, le premier maire de Médéa, M. Charles Power, en application du décret impérial du 22 août 1861.

  La vie économique de la ville devenait de plus en plus florissante. Dans la région en 1904, la vigne occupait prés de 900 hectares pour 27 000 hl. De vin. Actuellement nous avons plus de 4 800 hectares de vigne pour 170 000 hl. De vin (en moyenne). Dans l'évolution du peuplement de la ville il est curieux de constater un accroissement total de la population avec une baisse sensible de la population européenne. En 1904, la ville comptait 3.050 européens sur 15.242 habitants, alors qu'aujourd'hui il n'y en a plus de 2.049 sur 22.707 habitants. Ce phénomène n'est pas particulier à Médéa, il est dû au dépeuplement des centres ruraux au profit des centres citadins surpeuplés.
  M. Henri Cortès dans sa très belle monographie de Médéa qui lui valut en 1909 la médaille d'argent de la Société de géographie d'Alger, mentionne qu'à cette époque : "Toutes les espérances, comme, hélas, tous les déboires sont permis aux vignerons, et que cette part d'incertitude rend encore plus intéressante la partie dans laquelle ils se sont engagés. D'aucuns ont fait dans la vigne une véritable fortune et les propriétés de 50 hectares et au-dessus ne sont pas rares."
  La situation actuelle de nos viticulteurs est maintenant moins souriante Les difficultés. Economiques que la population subit actuellement viennent de cette inquiétude, de cette incertitude de l'avenir, de cette situation critique de nos viticulteurs. Et il faut bien le dire et encore mieux se rendre à l'évidence : la vigne est notre seule richesse naturelle et nous sommes tributaires des dispositions qui pourront être prises, sous couvert d'une production de qualité, pour conserver à notre région son seul capital rentable au point de vue économique, social et humain.
  En ce jour anniversaire du centenaire de l'érection de notre ville en commune de plein exercice, nous conformant aux usages, nous formulons pour elle le vœu de pouvoir bientôt permettre à ses habitants de reprendre à leur compte le vieux dicton que l'on attribue à Si Ahmed Ben Youcef

" MEDEA est une ville d'abondance. Si le mal entre le matin, il en sort le soir "

Cet article a été écrit par M. Marcel GUILLAMO le jeudi 14 juin 1954

LISTE DES MAIRES ET CONSEILS MUNICIPAUX DE LA VILLE DE MEDEA

1840     Construction de la Mairie ( sans balcon ni fronton )
1854     Le 17 juin création de la commune de Médéa
              Mr. Jérôme AUGOUARD Commissaire civil ff de Maire
              Conseil municipal : MM. Bertrand, Dubail, Tellier, Mussy, Kenou, Sage-Davis, Gauthier
              Abdelkader ben mezen, Hadj Moussa ben rouil, Zermati salomon, Gregoire, Dufraisse, Scotto
1857     Le 28 avril Mr. Charles POWER
1858     Le 25 juin Mr Honoré GALLOIS
1861     Le 22 août Mr Jean Charles DUBOIS
1863     Mr CHAMBRIDGE
              Conseil municipal : Arnal.
1866     Le 23 octobre Mr Lucien GORET
1867     Le 6 août Mr Ernest FRANCK
              Conseil municipal : M.M. Calmet, Génesset, Bayard, Nortier, Daudet, Boutonnet, Fleur, Castagliota, Beb               Mustapha, Moussa Bourouis, Zermati.
1868     Le 27 avril Mr. Julien LACROIX
1868     Le 14 juillet Mr Lucien NORTIER
1870     Le 13 octobre Mr Joseph DAUDET premier maire élu
              Mr Siméon FIGAROL fut un conseiller municipal et homme de confiance. Une avenue portant son nom fut               débaptisée pour s'appeler Rue des droits de l'homme et du citoyen .
1878     Le 23 mai Mr Siméon FIGAROLConseil municipal : MM Segond, Tambareau,Mas, Acker, Paret, Régler, Sajous,               Bruderolle, Hugues, Ncolas, Mauvezin, Hoffman, Hannedouche, Calmet, Casiabianca, Lacroix, Moul el Oued,               M'hamed Tlemçani, Larbi ben si Hocène, Siloestre, Robert, Piegto, Coudrain, Sabaoui, Baba Ali.
1880     Le 9 mai Mr Claude THIVAUD
              Adjoint faisant fonction de maire
1882     Le 14 mai Mr Joseph DAUDET
1897     Le 15 septembre Mr Auguste BLONDEAU
1898     Le 17 mai Mr Louis BOISSE
1908     Le 11 mai Mr Alexandre RICHARD
              C'est à lui que l'on doit la construction du marché couvert de Médéa qui porte toujours les
              Initiales L.B. 190.
1914     Mr. Alexandre RICHARD
              Conseil municipal : MM. Acker, Darnaudet, Lapostoll, Regler, Gachassin, Moul-el nour
1925     Maire : Alexandre RICHARD
              La population Médéenne lui doit la construction du groupe scolaire
1926     Maire : Mr Edmond DAUDET ( fils de Joseph et D. CARMOUZE )
              Conseil municipal : M.M. Pruvost, Abou, Antonini, Audouard, Denis, Donius, Jacquemin, Breton, Bonnesoeur,               Ayache, Huret, Mottin, Simonnet, Chekroun, Ramoul, Skender, Bouhalla, Bendali-Braham, Ould-Khaoua,               Oukrif,Pélissier, Pujol, Lagrange, Sportiche, Vergez, Couteron, Moulaï-Mostafa, Haffaf, benaïssa.
1934     Maire : Mr Edmond DAUDET
              Conseil municipal : M.M. Pruvost, Abou, Denis, Donius, Jacquemin, Breton, Bonnesoeur, Ayache, Huret, Mottin,               Simonnet, Chekroun, Skender, Bouhalla, Bendali-Braham, Ould-Khaoua, Oukrif,Pélissier, Pujol, Lagrange,               Sportiche, Vergez, Couteron, Moulaï-Mostafa,
1939     Maire : Mr Edmond DAUDET
              Conseil municipal: M.M. Cherki, Breton, Razes
1941     Le 3 avril Le Lieutenant-colonel Jules-Marie GROSJEAN
              La ville de Médéa lui doit la construction de la cité de recasement situé entre le carrefour et en bas des bâtiments               "les ACACIAS" qui porte toujours son nom par les vieux médéens
              C'est lui qui reçu dans les murs de Médéa, les alliés en 1942 et s'occupa de leur hébergement,approvisionnement               et bien être (repos) jusqu'à leur départ vers la Libye.
1943     Le 12 avril Mr Edmond DAUDET
              réintégré dans ses fonctions
1944     Maire : Mr Joseph ROSTOLL
              Conseil municipal : M.M. Zaouii, Coutens, Capomaccio, Belhamdi, Bendali, Sportiche, Hadjersi, Ghezali,               Benkhoucha, Benterkia, Mokhat, Babaali, Baruteau, Lafosse, Maitre, Viard, Maxera, Mme Lefevre, Algara, Jamin,               Chiche,Cherki Ferracci, Nour Mmme Saur

1958     Le 16 mai 1958 Le Gouvernement démissionna tous les Maires, est mit en place des délégations spéciales.
              Sont élus à l'unanimité :
              Président de la délégation de Médéa, Président de Rhin et Danube; : Nicolas MATTEI
              Vice Président Lt Colonel GOUBARD chef d'état major de la 20° DI, représentant le Général cdt la Z.S.A.; SAIRAT               conseiller général; Commandant GOUT président des anciens combattants; Capitaine GUILLAMO président               régional Rhin et Danube; Capitaine TORRES président des officiers de réserve; Secrétaire Robert RIERA officier de               réserve; Pierre RUSSO Térritorial;
Membres:
              Médecin colonel DELARD. Capitaine HERON, DUPONT, DUROS, ACQUAVIVA, Lieutenant PEDROLOTTI, Mme               Andrée SAUR agricultrice; Mme FRANCO
              Membre de la délégation spéciale:
              Mr NOUR fils ancien combattant; Lieutenant de SULAUZE officier de réserve; Mr Albert BARBIER ancien               combattant; Mr MARGUERITE ancien combattant ancien déporté; Capitaine NAPOLI officier de réserve; Lieutenant               Jean MOSCONI officier de réserve; Lieutenant Alexandre SODI officier de réserve; Mr Yves CORTES commerçant               ancien combattant; Mr BARBE territorial; Mr GRAZANI chirurgien dentiste; Lieutenant SICARD
1959     Maire : Mr. Joseph ROSTOLL
1959     Le 9 octobre, suite au décès de Monsieur ROSTOLL, Monsieur GOUTTE fut élu Maire par le Conseil Municipal
?            Monsieur GOUTTE démissionna à la suite du décès de son fils, Monsieur ………………
              fût élu Maire

 

DEPARTEMENT DU TITTERI

Arrondissement de Médéa (11 centres)

  • Ben Chicao
  • Berrouaghia
  • Borely la Sapie
  • Brazza
  • Champlain
  • Damiette
  • Edmond Daudet
  • Lodi
  • Loverdo
  • Médéa
  • Nelsonbourg

Arrondissement de Boghari (10 centres)

  • Aïn Boucif
  • Arthur
  • Boghar
  • Boghari
  • Letourneaux
  • Moudjbeur
  • Rebaîa
  • Sidi Ladjel
  • Taguine
  • Tletat des Douaires

Arrondissement de Bou Saada (8 centres)

  • Aïn Melah
  • Aïn Rich
  • Ben S'Rour
  • Bou Saada
  • Eddis
  • El Hamel
  • Medjedel
  • Slim

Arrondissement de Djelfa (8 centres)

  • Aïn el Ibel
  • Aïn Maabed
  • Charef
  • Dar Chiouk
  • Djelfa
  • Hassi Bahbah
  • Messad
  • Zenina

Arrondissement de Paul Cazelles (5 centres)

  • Birine
  • Bouira Sahary
  • De Foucauld
  • Pau Cazelles
  • Reibell

Arrondissement de Tablat (3 centres)

  • Bir Rabalou
  • Stephanr Gsell
  • Tablat



©Copyright 2006 Titteri Tous Droits Réservés.
Plus d\'informations Contactez nous | Informations légales